Le beffroi d'Arras monument préféré des Français en 2015, Wazemmes, marché préféré des Français en  2016, et Cassel, village préféré des Français 2018 font tous partie de notre catalogue. Pour les intégrer à vos séjours ou pour visite guidée : contactez-nous !

Si vous êtes amenés à lire ces quelques lignes, c’est sûrement que vous allez vous rendre en tant que «débutants » au carnaval de Dunkerque. Remarquez que vous êtes désignés en tant que débutants, et non pas visiteurs ou touristes. En effet, dans le Nord, on vit le carnaval, on n’y assiste pas.

Un carnaval qui se vit.

Peut-être avez-vous déjà été à Nice, installés confortablement dans des gradins, à admirer le défilé des chars ? Dans le Dunkerquois, il n’y a pas de gradins et ceux qui se contentent de regarder passer la bande depuis leurs fenêtres savent qu’ils se feront interpellés par les passants aux cris de « Les Cocus, aux balcons ! », manière pour les Carnavaleux d’inviter tout le monde à descendre dans la rue.

Sur les trottoirs, on a tout le loisir de regarder passer le défilé. En premier, avec un peu de chance, les géants de la ville. Suivi du maître de cérémonie : Le tambour-major, en uniforme de grenadier de Napoléon. Derrière lui, la clique, musiciens en marinière ou ciré en fonction de la météo, puis enfin la bande, foule de personnages grimés (les masquelours), revétus de fourrures (les Cletches) et armés de parapluies aux longs manches (berguenaeres) pour être visibles de loin.

tambour major

Tambour-major et sa cantinière suivis de la clique

Tant que les fifres jouent seul, la bande avance calmement. Mais une fois, que le tambour-major donne le signal et que cuivres et percussions résonnent, les carnavaleux entonnent l’hymne joué et plusieurs milliers de personnes se mettent à pousser vers l’avant. Les premières lignes de la bande n’ont dès lors plus qu’une mission : protéger la clique. Pour ce faire, ils poussent vers l’arrière. C’est ce qu’on appelle le chahut. Malgré son nom, celui-ci est très codifié :

  • On ne chahute que sur la musique qui s’y prête. On arrête le chahut dès que les fifres se mettent à jouer, quitte à reculer de quelques mètres.
  • On ne chahute qu’accroché à ses voisins. C’est la condition indispensable pour éviter les accidents. En vous tenant bras dessus-bras dessous aux carnavaleux à votre droite et à votre gauche, vous êtes beaucoup plus stables et stabilisez également vos voisins. Le fait que chacun soit accroché fait que la bande est constituée de lignes.
  • On choisit sa position en fonction de sa forme physique et de son expérience carnavalesque. Dans la mesure où vous êtes débutants, vous ne serez pas acceptés dans les premières lignes, celles qui protègent la clique. D’ailleurs, sachez qu’il est très mal vu de passer entre les musiciens et la bande.

Les conseils dans tout ça : regardez un ou deux chahuts depuis les trottoirs, puis allez y participer en dixième, quinzième ou dernière ligne en fonction de votre tempérament. Si vous êtes un peu perdus, n’hésitez pas à poser quelques questions à votre voisin de ligne. Plus concrètement, pour que cette première expérience se passe bien, venez préparés :

Un carnaval qui se prépare.

A Dunkerque, on dit que le Caranaval dure 9 mois : pendant 3 mois, on le prépare ; pendant 3 mois on le fait ; et pendant 3 mois on parle de celui qu’on vient de faire.

Si on ne demande aux touristes ni de faire toutes les bandes (du bain des givrés du 1er janvier au réveil de Cassel le lundi de Pâques), ni de préparer l’événement pendant 3 mois, quelques préliminaires sont les bienvenus :

  • Venez déguisés !!! Beaucoup d’hommes se griment en femme ou plutôt en « Ma tante » avec des fourrures adaptées au climat (les Cletches) mais aucun thème n’est réellement imposé. Sachez que pour différentes raisons, les Carnavaleux préfèrent se maquiller plutôt qu’enfiler des masques.
    Il y a plutôt 2 types de costumes interdits : on ne se déguise pas en membre des forces de l’ordre ou en militaire, cette consigne est appliquée à la lettre. La tradition veut également qu’on évite les déguisement de religieux. Quoi qu’il en soit, ayez un costume solide si vous souhaitez entrez dans la bande.
  • Par solide, nous pensons en priorité à vos pieds. La plus sensuelle des Ma Tante portera des chaussures de sécurité. Si vous n’en avez pas ou si vous n’avez pas de rangers, de bonnes chaussures de marche feront l’affaire. Elle vous permettront de suivre confortablement les carnavaleux au lancer de harengs ou au rigodon final, mais protégeront surtout vos orteils si vous décidez de participer à un chahut.
  • Pour vivre au mieux le chahut, il peut être utile de connaître quelques-unes des chansons qui seront entonnées. Si nous devions en retenir que 2, ce serait l’hymne à Cô-Pinard (l’un des plus grand tambours majors que Dunkerque ait connu ) ainsi que la cantate à Jean Bart où les carnavaleux s’agenouillent en mémoire du corsaire. Mais bien d’autres, plus ou moins paillardes, font parties du folklore dunkerquois.

 

La cantate à Jean Bart

Jean Bart ,Jean Bart, salut à ta mémoire
De tes exploits, tu remplis l'univers ;
Ton seul aspect commandait la victoire,
Et sans rival tu régnas sur les mers.
Jusqu'au tombeau, France Mère adorée,
Jaloux et fiers d'imiter sa valeur,
Nous défendrons ta bannière sacrée,

Sur l'océan qui fut son champ d'honneur. (bis)
Jean Bart, Jean Bart, la voix de la patrie
Redit ta gloire et ton nom immortel
Et la cité qui te donna la vie
Erigera ta statue en autel (bis)

Salut à Cô-Pinard

Salut à Cô-Pinard, Salut à ta mémoire
Là-haut, tout près d'Jean Bart, c'est ta gloire,
Tant d'années à nous guider, tant de masques à aimer
A c't'heure nous voilà tous en pleurs.

 

Les prouts, célèbre groupe du carnaval dunkerquois, les reprennent. N’hésitez pas à taper « carnaval de Dunkerque » dans Deezer, Youtube ou Spotify. Quelques chansons sont également disponibles ici : http://matim.free.fr/chanson-mp3.html On trouve même une radio dédiée sur internet : http://fr-fr.radioline.co/ecouter-masquelour-radio-dunkerque

  • Dernier conseil, mais pas des moindres. Soyez curieux et ouverts. Les masquelours sont des personnes avenantes qui ne refusent jamais la discussion. Même si leur humour peut vous paraître un peu gras, même si, à l’occasion, certains ont bu plus que de raison, le meilleur guide pour découvrir le carnaval reste un carnavaleux. Et, qui sait ? Si vous sympathisez, peut-être serez-vous invités dans une des fameuses chapelles qui font la renommée de notre carnaval.

 


Pour aller plus loin :

La page de la ville de Dunkerque sur ce thème avec en particulier quelques-unes des règles élémentaires https://www.ville-dunkerque.fr/decouvrir-sortir-bouger/le-carnaval-de-dunkerque/histoire


France 3 a fait une liste des 30 mots à connaître pour comprendre le Carnaval de Dunkerque : https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/carnaval-dunkerque-30-mots-qu-il-faut-connaitre-etre-vrai-carnavaleux-1190639.html

Un article sur le carnaval a été écrit sur ces pages :Le (s) carnaval(s) de Dunkerque, une activité de groupe ?

  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0
Propulsé par Komento

Envoyez-nous un message !

Pour les demandes de tarifs, n'oubliez pas de nous préciser la durée de votre séjour, la classe de votre hébergement, si vous souhaitez que nous organisions le transport en autocar pour vous...

Powered by ChronoForms - ChronoEngine.com

Septentrion Tours,

"Je travaille au Vert"
350 Rue du moulin
F-59246 Mons-en-Pévèle

Tel : +33 (0)3 66 72 62 49

Fax : +33 (0)9 58 73 74 14

E-mail : contact@septentriontours.com

RCS Lille Métropole N°817910706
Immatriculation Atout France:IM059160003


 Recevoir notre brochure spéciale autocariste.



Connexion