Le beffroi d'Arras monument préféré des Français en 2015, Wazemmes, marché préféré des Français en  2016, et Cassel, village préféré des Français 2018 font tous partie de notre catalogue. Pour les intégrer à vos séjours ou pour visite guidée : contactez-nous !

Organisateurs de voyages, nous sommes avant tout des passionnés de notre région. C'est cette passion que nous voulons faire partager au fil de ces pages.

Avec environ 1450 espèces végétales (contre environ 5000 répertoriées sur le territoire national), le Nord de la France peut être considéré comme assez pauvre botaniquement parlant. Pourtant, la flore des Hauts-de-France n’est pas sans intérêt ni originalité -à l’instar des ses habitants  !
Les milieux divers, souvent protégés, des Hauts-de-France permettent à la région d’accueillir plusieurs espèces rares et menacées : sur le littoral, dans les milieux humides, les forêts, les plaines… Voire sur les friches industrielles. Et le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais n’en est pas exclu.
Ainsi, sur nos chers terrils, témoins et symboles d’un passé industriel exacerbé, poussent des espèces assez surprenantes telles que le Pavot Cornu qui profite de la chaleur du site, ou encore l’Armérie de Haller qui se complait sur des sols riches en métaux lourds.


Mais c’est ici d’une adventice, au sens premier comme figuré, dont je souhaite vous parler. Elle est exotique, elle est invasive, elle est indésirable, et on la trouve sans difficulté sur la majorité des quelques 200 terrils qui signalent le bassin minier : le Sénéçon du Cap.

Que suis-je ? Où suis-je ?

Mystère...

 

Le mystère reste entier...

Un grand bravo à Hélène, qui a été la première à reconnaître l'objet de notre quête, puis à Gogodancer et Flowerpower pour leur collaboration fructueuse. Merci à Christineke et Kikilarinsor qui ont contribué à nous mettre sur la piste -ou pas.

Nous nous trouvons bien dans l’Avesnois, plus précisément à Floursies, face à une construction absolument typique de ce territoire : un kiosque à danser !

Loin de l'idée reçue que le welsh serait un plat simple et roboratif composé d'une tranche de pain de mie et de cheddar gratiné au four, Le Chef N. D., cuisinier de renom à l'auberge « Je travaille au vert, mais pas que » située à M. en P., nous livre la recette de sa spécialité : le Welsh bien ou bien. Originaire du Pays de Galles, le welsh serait arrivé chez nous sur la Côte d'Opale en 1544, importé par une garnison galloise postée à Baincthun lors du siège de Boulogne-sur-Mer par les troupes d'Henri VIII.

Découvrez tous les secrets de ce plat gourmand s'il en est.

Si vous êtes amenés à lire ces quelques lignes, c’est sûrement que vous allez vous rendre en tant que «débutants » au carnaval de Dunkerque. Remarquez que vous êtes désignés en tant que débutants, et non pas visiteurs ou touristes. En effet, dans le Nord, on vit le carnaval, on n’y assiste pas.

Je suis Le Gille. Et je suis à Binche !

 
 
D'abord un grand merci à nos participants Mimonzinho, De passage et Julia dont les réflexions et commentaires ont permis de lever le mystère sur le personnage que nous recherchions ! Car je suis bien le Gille ("Gilouuu" pour les intimes).
La statue que nous vous proposions est l'oeuvre de l'artiste belge Robert Delnest à qui fut commandé par la ville ce monument en bronze à la gloire du Gille pour la commémoration  du quatrième centenaire des fêtes de 1549,  connues sous le nom de "Triomphes de Binche" organisées par Marie en Hongrie pour accueillir son frère Charles Quint et son neuveu Phillippe II. Ce bronze se trouve entre la Collégiale Saint-Ursmer et le Musée Internationnal du Carnaval et du Masque.

Que suis-je ? Où suis-je ?

chut

Jésuites wallons

Eglise des Jésuites wallons

Comme d'habitude, laissez-nous votre réponse en commentaire en cliquant sur le lien "réagissez" ici en bas à droite !

Eh bien... Il en aura fallu du temps pour reconnaître l'église de l'ancien collège des Jésuites wallons à Saint-Omer ! Bravo à Christineke ! L'indice était une mise en abîme : on pouvait deviner sur le deuxième cadre l'hôtel de ville de Saint-Omer, dont l'architecture originale lui vaut toujours le surnom de "moulin à café". La destruction de Thérouanne en 1562 a propuslé Saint-Omer au rang d'évêché. Bastion du catholicisme, Saint-Omer devient parallèlement un centre d'enseignement reconnu et des institutions destinées à la formation de la jeunesse issue de la bourgeoisie des anciens Pays-Bas méridionaux se développent et se multuplient. L'église de l'ancien collège des jésuites wallons, érigée entre 1615 et 1636 sur les plans de jean du Blocq, architecte de la compagnie de Jésus, est un témoin de la diffusion des idées de la Contre-Réforme, par ses dimensions imposantes (les tours du choeur culminent à 40 m de haut) et son architecture ostentatoire d'inspiration baroque.
Réagissez (4) Clics: 1274

Que suis-je ? Où suis-je ?

secret

Donjon de Septmonts

 
Merci à Angela et El Fréro pour vos réponses ! La réponse à cette devinette a finalement été trouvée par notre fidèle participant aux multiples surnoms, ici El Fréro : il s'agit bien du donjon de Septmonts dans l'Aisne !

Envoyez-nous un message !

Pour les demandes de tarifs, n'oubliez pas de nous préciser la durée de votre séjour, la classe de votre hébergement, si vous souhaitez que nous organisions le transport en autocar pour vous...

Powered by ChronoForms - ChronoEngine.com

Septentrion Tours,

"Je travaille au Vert"
350 Rue du moulin
F-59246 Mons-en-Pévèle

Tel : +33 (0)3 66 72 62 49

Fax : +33 (0)9 58 73 74 14

E-mail : contact@septentriontours.com

RCS Lille Métropole N°817910706
Immatriculation Atout France:IM059160003


 Recevoir notre brochure spéciale autocariste.



Connexion